Qui a peur de BDS?

28.02.2014

Categories: BDS-Arguments

Le mouvement BDS est passé à la vitesse supérieure ces derniers temps. SocialistWorker.org a publié le 27.2. sur son site un long article détaillant les avancées de BDS à niveau international avec la percée du mouvement dans les grands médias et aussi les clivages qu'entraînent ces avancées dans différents milieux et organisations (y compris parmi les ministres israéliens).

Lire l'article (en anglais)

 

Rappellons que la Knesset a adopté en juillet 2011 une Loi anti-boycott: "loi pour la prévention des dommages causés à l'Etat d'Israël par le boycott"

qui vise à punir toute personne ou entité qui appelle à un "boycott  économique, culturel ou académique " des implantations isréliennes en Cisjordanie ou ailleurs en Israël.

Dans un article de TheNational, traduit par info-palestine.eu, Jonathan Cook explique: 

"A l’intérieur d’Israël, le gouvernement cherche à faire taire les rares voix critiques qui ont subsisté. L’intimidation a joué à plein la semaine dernière, alors que la Cour suprême examinait la conformité constitutionnelle de la récente « Loi anti-boycott » [*] qui menace de mettre en faillite quiconque appelle au boycott d’Israël ou des colonies.

De manière révélatrice, un juriste du gouvernement défendait sa position en en argumentant qu’Israël ne pouvait en aucun cas accorder une liberté d’expression semblable à celle dont jouissent des pays comme les Etats-Unis...."

Le BDS palestinien: une menace qui plane sur les négociations?

DefenseNews a publié le 24.2. sur son site un article intitulé " Le BDS palestinien constitue une menace qui plane sur les négociations". L'article reprend les déclarations de Gerald Steinberg, le fondateur et président de NGO Monitor, un institut basé à Jérusalem dont l'objectif est de combattre BDS et d'autres mouvements anti-israéliens. 

Pour Steinberg, BDS ressemble à un puissant virus plutôt qu'à une arme d'assaut stratégique, et viserait Israël dans sa globalité et non seulement l'occupation de la Cisjordanie. "Si on ne le traite pas, il continuera à nous affaiblir et à provoquer de la douleur... " Ce serait la raison pour laquelle Israël a mis tellement de temps à reconnaître BDS comme une menace. 

L'article rapporte que le ministre des Finaces Yair Lapid a estimé les dommages entraînés par BDS à 5.7 milliards de dollars en exportations manquées chaque année, une érosion de 3.1 milliards de dollars en termes de PNB par année, et du licenciement de quelque 10'000 personnes.

Retour

© BDS Suisse