Qui est donc le véritable gagnant de l’Eurovision?

07.06.2019

Categories: Boycott culturel

Alors que le concours de l’Eurovision à Tel Aviv touchait à sa fin, on savait déjà qui était le gagnant: c’était le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), qui a réussi à empêcher le gouvernement israélien d’utiliser ce concours international – le plus grand événement non-sportif télévisé au monde – de détourner l'attention de l'oppression qu’exerce Israël sur la population palestinienne.

Plus de 150 000 personnes en Europe et ailleurs ont signé des pétitions appelant au boycott de ce  concours – le plus grand événement non-sportif télévisé au monde –  des centaines d’artistes connus y ont apporté leur soutien, y compris d’anciens participants à l’Eurovision et l’un de ses gagnants ; plus de 100 organisations et centres LGBT+ se sont joints à l’appel.

Après avoir affirmé depuis des mois que des dizaines de milliers de touristes se rendraient à la Tel Aviv de l’apartheid pour suivre le concours, les organisateurs israéliens ont dû admettre que seules 5’000 à 7’000 personnes – soit une fraction de celles qui était attenduesétaient finalement venues, ce qui montre clairement que la campagne mondiale menée par BDS depuis une année a été un succès.

Le mouvement BDS, qui  se construit en luttant pour la reconnaissance des droits de la population palestinienne, a reçu un soutien sans précédent et à l’occasion du concours de l’Eurovision dans sa campagne pour isoler le régime israélien d’apartheid et d’occupation. C’est grâce à cette impulsion que nous sommes parvenus à empêcher le régime israélien d’utiliser l’Eurovision de dissimuler derrière cet évènement artistique ses crimes contre les Palestiniens, en particulier ceux commis dans la Bande de Gaza assiégée.

Avec des mobilisations dans plus de 25 pays partout dans le monde, la campagne BDS a reçu un soutien qui va au-delà des attentes les plus optimistes, grâce à l’engagement de toutes ces personnes qui agissent au nom de leurs principes, et aux efforts sans relâche de militants pour le droits humains.

Sur le site de BDS France vous pouvez trouver la version française de l'aperçu de la campagne mondiale et des actions menées dans différents pays rassemblés par la Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël (PACBI):

https://www.bdsfrance.org/et-le-gagnant-de-leurovision-dans-la-tel-aviv-de-lapartheid-est/

 

En Suisse aussi il y a eu des protestations

En Suisse, plus de 100 artistes et institutions culturelles ont soutenu la pétition « Pas de chanson pour l’apartheid » en tant que premiers signataires. Evelinn Trouble, lauréate du Prix suisse de la musique, le chanteur et auteur Michel Bühler, la rappeuse La Gale et beaucoup d'autres ont critiqué la politique d'apartheid israélienne et appelé la télévision suisse à ne pas participer au concours Eurovision de la chanson en Israël. Environ 2’000 personnes de Suisse ont suivi leur appel et signé cette pétition.

La pétition suisse, les autres pétitions nationales de nombreux pays tout comme la pétition internationale, ont été transmises au siège de l'Union européenne de radio-télévision (UER) à Genève. Plus de 130’000 signatures ont été transmises aux représentant-e-s des sociétés de télévision et de radio impliquées dans la stratégie blanchiment du gouvernement israélien.

 

A niveau international, plus de 136'000 signatures contre l'Eurovision de l'Apartheid ont été déposées au siège de l'Eurovision de Genève.

#boycottEurovision2019 #NOsongforApartheid #DareToDream

No Song for Apartheid sur Twitter

 

En novembre 2018, BDS Suisse a adressé une lettre ouverte à la Société suisse de radiotélévision (SRG SSR) lui demandant de ne pas banaliser les mesures politiques inhumaines d'Israël. Dans une autre lettre ouverte, adressée cette fois au représentant suisse de l'Eurovision Luca Hänni, nous avons évoqué l'appel des artistes palestinien-ne-s  qui demandaient à leurs collègues à suivre leur conscience et à ne pas accepter de devenir les marionnettes du régime de l'apartheid.

Dans le cadre d'une action commune, les sympathisant-e-s du mouvement BDS ont envoyé des centaines de cartes postales à la télévision suisse et à ses employé-e-s. Ces cartes soulignaient que le Concours Eurovision de la chanson se déroulait sur les ruines du village palestinien d'Ash-Shaych Muwannis. C’est ainsi que le blanchiment (« whitewashing ») de l'expulsion de la population palestinienne a été thématisé par la télévision suisse romande RTS.

Contrairement à la télévision suisse romande, la chaine de télévision suisse-alémanique SRF n’a pas du tout évoqué cet aspect. Sa devise était « Pas de politique, juste du plaisir ». C’est ainsi que la chaîne s’est pliée sans aucune résistance aux objectifs du gouvernement israélien.

Retour

© BDS Suisse